LES DIFFERENTES TAILLES
taille d'été ou taille d'entretien
taille d'hiver ou taille de structure

Pendant toute la période de croissance il faudra tailler pour maintenir la forme générale que l'on souhaite voir prendre par la ramure. Cette taille est également importante pour que la lumière pénètre bien à l'intérieur de la masse de feuillage sous peine d'avoir des arbres "tonnelles"vides et secs à l'intérieur et verts à la périphérie.

Sauf en cas d'effeuillage complet que nous n'aimons pas beaucoup, on ne peut pas voir avec précision ce qui se passe à l'intérieur de la ramure, c'est là qu'intervient la taille hivernale ou taille de structure. Quand l'arbre est nu, on réalise que malgré un pincement dans les rêgles de l'art et une taille d'été soignée, certaines branches sont devenues trop grosses par rapport aux autres ou bien l'arbre semble évoluer vers une forme différente et une branche est devenue génante. Il faut alors procéder à des tailles plus importantes. Avant de tailler, que ce soit en été ou en hiver, reportez vous à la rubrique documentation qui vous mettra en garde pour certaines variétés. Par exemple les retraits de sève ou la meilleure période pour couper. A défaut, c'est que l'arbre ne présente aucun problème particulier

  TAILLE D'ENTRETIEN
où couper ?
comment couper?

 

 
 Utiliser les ciseaux longs pour aller à l'intérieur de la ramure, les ciseaux courts pour les branches un peu plus grosses.

 

OU COUPER ?
 Il existe des constantes dans la façon de pincer et de couper les feuilles et les rameaux. Il est important de définir au préalable si votre arbre a des feuilles simples ou composées, si elles poussent de façon opposée ou en alternance. Le pincement s'exécute sur les bourgeons en train de s'ouvrir, la taille des rameaux est une taille d'été pour garder la forme générale de l'arbre. En rouge on voit l'endroit de la coupe et en clair les perspectives de repousse. On peut aussi procéder à un effeuillage complet ou partiel. Il donnera lieu à une nouvelle pousse dont les feuilles seront plus petites. Un effeuillage complet peut se pratiquer au mois de juin. Attention toutefois à garder l'arbre à l'abri du grand soleil. Les nouvelles petites feuilles sont fragiles.

 
Feuilles alternes
 C'est le cas des prunus, des ulmus, des zelkovas

 

 

On a souvent dans la littérature l'information "couper à deux ou trois feuilles". Ca signifie principalement que l'on va choisir la feuille au dessus de laquelle il faut couper. Le bourgeon dormant à la base de la feuille donnera une nouvelle pousse qui aura l'orientation exacte de la feuille. Ca veut dire qu'il faut choisir une feuille qui va vers l'extérieur, qui ne pointe ni vers le haut ni vers le bas. Elle va vers la gauche ou vers la droite selon la forme que vous souhaitez faire prendre à l'arbre

 

  Feuilles opposées

 

 Ca, c'est l'opération de printemps. vous voyez la nouvelle pousse entre les deux premières feuilles, c'est celle là qu'on coupe aux ongles. La petite tige va noircir et tomber sans laisser de cicatrices. elle est indispensable pour avoir des entre nœuds courts et une ramure bien serrée. Les feuilles d'origine vont continuer à grandir, elles pourront être supprimées au moment de la défoliation partielle au mois de juin. 

 

 
 Ca, c'est la taille du mois de juin. C'est ce qu'on appelle la défoliation. Elle peut être totale ou partielle, elle ne se pratique de façon totale que sur les arbres qui n'ont pas été rempotés dans l'année et qui sont vigoureux. On coupe la tige juste en dessous du pétiole. Il viendra deux nouvelles feuilles plus petites. Cette technique est souvent employée sur les desojoh et les seigen pour avoir une nouvelle fois dans l'année les couleurs de printemps. Pour ma part, je préfère la défoliation partielle qui me permet de prévoir comment va évoluer la ramure.

 
 Ca, c'est la taille d'été. Malgré les techniques de pincement, il suffit de quelques jours de pluie et ça pousse de façon échevelée. Si on taille au dessus, d'un embranchement, on aura 6 branches en tout. L'endroit où on coupe dépend de ce qu'on souhaite obtenir, soit une direction particulière, soit beaucoup plus de branches.
Il faudra de toutes façons rectifier en hiver quand les feuilles seront tombées et que le moindre défaut sera visible.
   c'est le cas des érables, des cornouillers,des ifs, des maronniers...

 En soi, des feuilles opposées ne sont pas un problème. Cependant les pousses opposées donneront à terme des branches opposées du plus mauvais effet. Supprimer une des deux branches. Certains arbres n'insistent pas. D'autres essaient de refaire un bourgeon d'ans l'axe de la branche restante. Il faut le supprimer avant qu'il ne se développe...et voir qui est le plus entété.

 

 

 
 Feuilles composées  c'est le cas du robinier faux acacia et du frêne
 La feuille composée est plus difficile à gérer. Elle peut être opposée (sur le frêne ) ou alterne (sur le robinier). A la regarder, on pourrait croire qu'il s'agit d'un rameau mais si vous otez ce qui semble être une feuille, il ne se passera rien. Le bourgeon est à la base de cet ensemble de "feuilles" qui doit être considéré comme une feuille à part entière.

 
 le feuillage verticillé. Plusieurs feuilles sont attachées tout autour de la branche au même niveau. C'est le cas de l'azalée et de l'enkhiantus. On coupe comme pour les feuilles opposées.

 

COMMENT COUPER

Couper les feuilles, défoliation

La technique de l'effeuillage est à manipuler avec précaution. Elle donne une nouvelle pousse de feuilles plus petites et tendres comme au printemps. Il faudra protéger le nouveau feuillage du plein soleil. C'est un choc pour l'arbre et si ce n'est pas indispensable, nous préférons utiliser un effeuillage partiel. On coupe le pétiole (la queue) de la feuille avec les ciseaux longs. Le bout restant va sécher et tomber.

Couper les rameaux

On utilise les gros ciseaux. La coupe doit être faite en biais, bien nette. Il restera un petit bout de bois. On serait tenté de couper complètement au ras du bourgeon mais on risque de l'endomager. Il est plus facile de caser les petits bouts de bois quend ils seront secs en hiver. On peut utiliser une pince ou les doigts. Le bois se détachera et il n'y aura pas de cicatrice. Evidemment, on devra supporter un défaut jusqu'à ce moment là. C'est fou comme un défaut que personne ne voit (il est dans la ramure) peut devenir énervant d'ou l'importance d'un pincement soigneux.

La taille en vert

Se dit des tailles qu'on fait sur les pousses encore vertes. Ces tailles sont particulièrement intéressantes pour les fruitiers et les arbres à fleurs et aussi sur les légumineuses. On le fait jusqu'à la mi-juillet avant l'apparition des futurs bourgeons à feuilles et à fleurs. Ensuite, c'est trop tard. Pour ces arbres fertiliser avec un engrais riche en phosphore et en potasse de mi aout jusqu'à la fin octobre.

Le mekiri

 

 

 Cette taille se fait principalement sur les pinus mais aussi sur les piceas.

Elle consiste à tailler la pointe des pousses tout en coupant les aiguilles au ras de leur gaine pour les pins.

On peut le faire dès le mois d'aout. Les nouveaux bourgeons seront assez fragiles et à protéger du froid.

 

 Les nouvelles pousses sortiront des gaines de protection au printemps suivant.

On distingue l'endroit où j'ai taillé à l'avant de la photo en bas à droite

retour en haut de la page 

 

TAILLE DE STRUCTURE

 où couper ?
comment couper ?

 

Pour ce genre de travail il faut utiliser les pinces concaves voire même un couteau scie si la branche est vraiment grosse. Les branches les plus petites peuvent être coupées avec les ciseaux courts. Ne pas oublier de se munir de mastic cicatrisant et de regarder dans les documentations s'il y a des précautions particulières à prendre avec votre arbre.

Cette taille se pratique vers la fin de l'hiver. Elle concerne les grosses et moyennes branches.

Pendant l'été, de nouvelles branches mal placées ont pu apparaître, dissimulées par la ramure. Une fois les feuilles tombées, les défauts de la ramure apparaissent sans fard. On va donc supprimer toute branche qui se trouverait à l'aisselle d'une autre, toute branche qui pousse vers l'intérieur de l'arbre, qui pique vers le haut ou va à angle droit vers le bas.

Il se peut aussi que l'apex (la cime) se voit encombré de pas mal de nouvelles petites branches. Il faut supprimer toutes les branches excédentaires sinon , l'année prochaîne, l'afflux de sève sera encore plus puissant à la cime au détriment des branches basses. Certains arbres comme les azalées ont tendance à se développer latéralement et c'est à ce niveau qu'il faut alléger les ramifications.

Il peut arriver aussi qu'une branche ait trop grossi et qu'elle rompe l'harmonie de l'arbre. Il faut alors la supprimer si une autre branche peut prendre le relais. Dans ce cas, une mauvaise branche poussée à l'aisselle d'une branche existante peut être conservée à la place de la banche existante. Elle grossira alors beaucoup plus vite.

 

OU COUPER ?

 A gauche, il y a un petit bourrelet à la base de la branche : c'est le BOURRELET CICATRICIEL. C'est lui, qui recouvrira la plaie après la taille. Si il est endommagé, la cicatrisation sera plus longue et le risque de maladie plus important.

Sur le schéma "OK", on voit que la branche est coupée JUSTE après le BOURRELET CICATRICIEL. Il faut faire attention à ne pas l'endommager

Sur le schéma "mauvais 1", la branche est coupée trop loin. La cicatrisation sera longue et il restera un "CHICOT" (bout de branche morte) qui sera une porte d'entrée aux pourritures et aux maladies

Sur le schéma "mauvais 2", la branche est coupée trop court, il n'y aura pas de CHICOT, mais le BOURRELET CICATRICIEL est endommagé ... donc cicatrisation longue et risque de maladie.

 

C'est un moment important dans le développement de votre arbre. Vous allez l'étudier avant de couper. Regardez le bien et allez voir le choix de la forme. De quelle forme se rapproche t'il le plus ? Que pourrait il devenir ?

Une fois décidé la forme que vous souhaitez obtenir (certains arbre ont tellement de potentiel que plusieurs formes pourraient leur convenir) vous allez définir les branches principales qui définissent l'ossature de l'arbre.En partant du bas, une première branche à gauche où à droite, une branche d'équilibre de l'autre coté, une branche à l'arrière pour la profondeur et surtout la hauteur de la cime. Toutes les autres branches devront être en harmonie avec ces premières branches et s'inscrire dans le triangle formé par le haut de l'apex et la pointe des branches basses. Supprimer tout ce qui ne s'inscrit pas dans la forme souhaitée et tout ce qui rompt l'harmonie. Branches trop grosses ou trop petites, qui se croisent, qui partent dans une mauvaise direction et qui ne peuvent pas être redressées par une ligature. Par la suite, chaque branche devra être traitée comme un petit arbre à part. Les branches qui vont à angle droit vers le haut où vers le bas doivent être supprimées ainsi que celles qui se tournent vers le tronc au lieu d'aller vers l'extérieur de la ramure.

 
 Dans le cas de feuilles opposées, coupez au dessus des bourgeons en en laissant une ou deux paire.

 
 On peut aussi couper en alternance on tailler une branche devenue trop grosse

 
Sur le érables palmés, on trouve souvent des branches puissantes et coudées qui ont pris naissance à la base des branches plus fines. Il faut supprimer ces grosses branches. Ne pas faire ça avant février et bien mastiquer pour éviter des maladies cryptogamiques

COMMENT COUPER

TAILLE DES GROSSES BRANCHES

L'exemple choisi est un pommier. Comme l'arbre fleurit et donc fructifie principalement sur les branches courtes, on laisse pousser et forcir une branche qui sera sacrifiée par la suite. Les autres banches restent petites et courtes. Le pommier présente une pousse à tendance apicale. La branche sacrifiée sera donc toujours une branche à la tête.

 

 

 
 La branche à sacrifier présente un embranchement assez vulgaire et pique vers l'intérieur.  Enfoncer profondément la pince concave et couper d'un seul coup pour obtenir une plaie nette et profonde  La plaie doit être ronde et aussi petite que possible. Elle sera immédiatement enduite de mastic cicatrisant.

LA TAILLE DES RAMEAUX

Au dessus d'un bourgeon dont l'orientation indique l'orientation future de la branche

 

 retour en haut de la page